Quand le silence règne

 J’ai la chance de vivre dans une petite municipalité où il est facile de s’éloigner de toute source de bruit « humain ». Lorsque, à l’intérieur de mon chez-moi, le réfrigérateur se tait, l’ordinateur est au repos et la radio est éteinte, d’un coup je me retrouve face au silence. À l’extérieur, en me rendant un peu en retrait du centre du village, les moteurs vrombissants des voitures et autres engins mécaniques se font discrets et laissent place à cette absence de son.
De retour de ma visite avec le silence…

Absence de son… pas tout à fait, car en cette veille printanière la nature sort à son tour de sa quiétude silencieuse caractéristique de l’hiver, où tout semble en arrêt. Les mésanges qui ont passé la saison froide ici commencent à se faire plus bavardes. La neige entame son processus de fusion en laissant entendre quelques légers ruissellements. Dans un moment d’attention, on peut percevoir les pas bondissants d’un lièvre sur la neige, tentant d’échapper à un lynx ou un renard. Un peu plus et on arrive même à déceler l’eau sucrée monter dans les vaisseaux des troncs d’arbres en vue d’alimenter les feuilles en devenir!

Le silence témiscouatain

Cette présence sonore nous rappelle que la nature nous révèle toute une diversité d’êtres vivants, peu importe le temps de l’année ou les conditions extérieures. La solitude devient ainsi très relative lorsqu’on est dans un environnement sauvage. Le silence habité avec lequel Dame Nature nous habille est une invitation à la pause, à l’écoute et à la contemplation.

Ces jours-ci, j’aime bien prendre un temps, aussi souvent que possible, pour partir à la découverte du silence dans la forêt ou près d’un plan d’eau. C’est si facile d’oublier qu’il est possible de s’offrir des moments sans bruit. Pourtant, ceux-ci nous apportent tant en nous permettant de reprendre contact avec soi-même et d’apprécier le moment présent. Pour ma part, une visite avec le silence m’offre la grâce de trouver une paix intérieure, essentielle à la poursuite de mon idéal de vie.

Bon silence!

Publicités

1 commentaire

Classé dans Écologie, blog, Méditation

Une réponse à “Quand le silence règne

  1. Anonymous

    Quand je suis dehors, à marcher sur la route qui longe le fleuve à Lévis, je me sens en symbiose avec la nature, même s'il y a des maisons et des voitures… et même un poste de raffinerie! Mais de voir les arbres, le fleuve, l'animé et l'inanimé, le vivant et l'inerte, c'est vraiment grandiose et ça fait du bien. C'est vrai que le silence n'est pas silencieux techniquement parlant, mais peut quand même être très apaisant!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s